Close

On est où ?

vivre MONTRÉAL, explorer le QUÉBEC, découvrir le MONDE

TOKYO : 5 incontournables

TOKYO : 5 incontournables

Par Philippe Simard 

Plusieurs m’avaient décrit le pays du Soleil levant comme étant celui de la propreté, de l’organisation, de la serviabilité… Aussitôt mes pieds posés sur le sol nippon, j’ai immédiatement été ravi. Alors que je venais tout juste d’atterrir dans l’une des plus grandes et denses métropoles du monde — Tokyo —  je m’attendais à un chaos total : bruit incessant de la circulation, coups de klaxon, cris des gens pressés… mais non, rien du tout! Et même mon idée de me faire pousser littéralement pour enfiler dans les wagons de métro ultra bondés a vite été déconfite, j’en étais quasiment triste… Trêve de plaisanterie, je suis littéralement tombé en amour avec ce magnifique pays offrant tant par sa culture, sa gastronomie, son hospitalité et ses paysages d’une beauté incommensurable.

1er coup de coeur: Tokyo
Impossible de s’y ennuyer, car il y a tant à faire et à voir.  Alors voici donc mes incontournables!

1er arrêt:  le marché Tsukiji le plus grand marché de poissons au monde. Malheureusement, depuis quelque temps, les touristes ne peuvent plus assister à la criée des thons. Ce moment où, en moins de 20 minutes, nombre impressionnants de thons sont mis aux enchères et vendus auprès de restaurateurs et poissonniers. L’endroit malheureusement devenu trop petit et désuet a été fermé récemment et déménagé dans un autre secteur. Les touristes peuvent toujours assister à la criée au nouvel emplacement, mais vue d’une passerelle semble-t-il. Somme toute, le marché autour de Tsukiji (Jogai market) est un endroit bien agité et agréable à visiter : restos, kiosques de poissons prêt à manger, échoppes de thé, couteaux, accessoires de cuisine.

Petit truc, n’y allez pas le ventre plein, vous aurez de quoi satisfaire amplement votre estomac avec une des plus grandes variétés de poissons frais du monde. Même que certains oseront goûter au fameux poisson mortel « fugu » (ou poisson globe).

Ma recommandation : assurez-vous d’un endroit bien établi pour y goûter, car mal préparé, ce poisson peut contenir des toxines dangereuses si ingérées. 

Un samedi matin bondé au Jogai market

Au final, c’est l’endroit idéal pour aller manger des sushis (surtout quand on est jet lag et affamé), il y a des tonnes d’adresses partout dans le marché, même certaines ouvertes 24 heures. Fiez-vous à votre intuition pour le choix du resto et n’ayez pas peur de vous faufiler dans les petites rues du marché, mais surtout, ne boudez pas les files d’attente, c’est souvent signe de réputation. Pour tout vous dire, j’ai pris mon premier et dernier repas du voyage au même endroit et j’y tenais! Voici quelques photos de cette expérience géniale avec des maîtres sushis qui ont pris un malin plaisir à nous divertir.

Sélection de sushis et bol de riz aux différents thons

2e arrêt: le quartier de Shibuya, reconnu pour son carrefour piéton le plus achalandé de la planète ainsi que la statue de Hachiko, ce mythique chien qui a inspiré l’histoire touchante du film « Hatchi ». À la sortie de la gare de Shibuya, on se sent immédiatement envahi par l’exaltation de ce quartier symbolique : un Times Square encore plus saisissant. D’abord par sa traverse piétonne où des centaines, voire des milliers de personnes y traversent dans une chorégraphie si précise, et ce, en moins de 3 minutes. Un moment où piétons agglutinés paisiblement aux abords du quadrilatère attendent le feu de départ avant de se retrouver engloutis dans une véritable marée humaine! Pour profiter d’une belle vue « gratisse », rendez-vous au Starbucks situé à la jonction du quadrilatère au 2e étage d’un édifice afin d’y prendre quelques clichés! Également, parce que ce quartier symbolique est un véritable atelier de mode où tendances — plus ou moins discutables — déambulent à travers d’incalculables magasins nichés sous la tonne de néons illuminés, un lieu très prisé par les fans de shopping! Pourquoi cet endroit est si incontournable? Parce qu’il est en mouvement constamment et il marque l’imaginaire par sa fantaisie, son bouillonnement et son animation! À mon avis et si vous en avez le temps, deux visites s’imposent : une de jour et une de soir afin d’en apprécier toute sa turbulence!

Le fameux carrefour piéton de Shibuya et la statue de Hachiko

3e arrêt : Harajuku, un dimanche après-midi pour le moins tout en couleurs et en extravagance, non loin de Shibuya. À travers cette foule dense, nous explorons la petite rue de Takeshita-dōri à la recherche de cosplay (costume player), ces adolescents japonais se métamorphosant fidèlement en leur personnage préféré (souvent des mangas), véritable mode vestimentaire nous dit-on.

Sur cette rue si bondée, nos yeux ne savent plus où se poser: magasins de vêtements ultra colorés, boutiques de toutes sortes, etc. Nous sommes rapidement tentés par cette barbe-à-papa multicolore et surdimensionnée ou encore par ce cornet de crème glacée noire! Poursuivant notre chemin non loin de cette rue, on retrouve Omotesandō, véritable boulevard regorgeant des boutiques internationales bordé d’arbres rendant la visite plus qu’agréable. Attention! Si vous souffrez d’agoraphobie, c’est peut-être pas le meilleur endroit à visiter! En revanche, pour une pause nature, un pique-nique, une balade à pied ou à vélo, à deux pas se trouve le parc de Yoyogi très prisé par les Tokyoïtes le dimanche particulièrement. Alors peut-être y verrez-vous des cosplays!

La rue colorée et bondée de Takeshita-dōri

4e arrêt: le Mori Art Museum dans le quartier très huppé et actuel de Roppongi. Les musées ne manquent pas dans cette ville, il y en a pour tous les goûts et le choix devient donc plus que difficile. Et j’ai donc décidé de visiter ce musée d’art contemporain qui présentait l’exposition «Catastrophe and the Power of Art»  Cette exposition relate notamment les perceptions d’artistes de différents événements tragiques qui ont marqué notre monde. J’ai eu un véritable coup de coeur pour Yoko Ono Add Color Painting (Refugee Boat). Vraisemblable tableau 3D interactif où il est possible de contribuer à l’oeuvre à l’aide d’un crayon de cire en y écrivant son propre message d’espoir sur ce fléau qui touche bien des peuples de notre planète voulant améliorer leur sort au péril de leur vie… En bref, l’exposition a conquis mon coeur d’art contemporain et c’était d’autant plus surprenant d’être dans un musée perché au 52ème étage d’un immeuble…

 

Par ailleurs, dans la Roppongi Hills Mori Tower, vous profitez également d’un observatoire dont l’accès est inclus dans le prix du billet du musée, n’est-ce pas génial! Le Tokyo City View, du haut de ses 250 mètres vous permet d’apprécier grandement la capitale de par sa situation géographique étant situé tout près de la baie de Tokyo. Et par temps dégagé, il est parfois possible d’apercevoir le mont Fuji! Sans compter qu’il est possible d’aller sur le toit de la tour en échangeant quelques yens supplémentaires. Ayant fait deux autres observatoires à Tokyo — le Tokyo Skytree et le Tokyo Metropolitan Government Building — je recommande fortement celui du Roppongi Hills. 

Roppongi Hills Mori Tower et vue sur Tokyo du 52e étage

5e arrêt: le parc du palais impérial dans le quartier Chiyoda, non loin de la splendide gare de Tokyo. Cet immense espace vert, véritables poumons de Tokyo, abrite notamment le palais impérial — résidence de l’empereur — ainsi que de nombreux musées et jardins (certains non ouverts au public). Certains voudront y aller au printemps pour s’extasier devant les fleurs des cerisiers ou encore pour y admirer le jardin d’Iris débordant de magnificence. Également, si l’envie absolue était d’y contempler le palais, sachez qu’il n’est ouvert au public que deux jours par année : soit le 23 décembre (fête de l’empereur Akihito) ou soit le 2 janvier pour les voeux du nouvel An. Or, si comme moi vous vous y retrouvez à l’automne, votre plaisir ne sera pas déglingué pour autant, oh non! La visite des jardins impériaux (jardins de l’est) est vraiment un ravissement pour les yeux à la découverte des différentes thématiques : bambous, tournesols, roses, arbres fruitiers et l’étang des carpes à longues nageoires. Un véritable oasis en plein coeur de cette métropole grouillante!

Différents points de vue des jardins impériaux

Au final, Tokyo est une ville qui a tant à offrir pour les voyageurs urbains! Il était donc très difficile de faire un choix pour un top 5, car il aurait été plus que facile d’écrire un top 50! 

Et vous? Quels sont vos coups de coeur à Tokyo? On a hâte de lire vos réponses 🙂

1 comment

  1. Très intéressant très bonne description des endroits à visiter qui nous donne le goût d’y aller
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close