Close

On est où ?

vivre MONTRÉAL, explorer le QUÉBEC, découvrir le MONDE

Souvlakis un jour souvlakis tous les jours : mode d’emploi des tavernas

Souvlakis un jour souvlakis tous les jours : mode d’emploi des tavernas

Par Mel Leblanc

Ou comment apprécier TOUTES les tavernas que tu vas croiser.

Si ton budget te permet de visiter des « vrais » restos tout au long de ton voyage, j’aimerais que tu partages tes coups de coeur, stp. Sans blague, laisse un commentaire, je vais humer et saliver par procuration! Mais si ton budget ressemble au nôtre, il se limite aux tavernas (petits établissements de type restauration rapide où on vient en famille ou entre amis). J’ai adoré les tavernas. D’abord parce qu’elles nous permettent de se rapprocher des locaux et parce que c’est très « bonne franquette » avec les nappes de papier sur la table qu’on arrache après le repas et les plats partagés. Somme toute, leurs menus ne sont pas toujours très variés. Alors voici un petit mode d’emploi pour ne pas te lasser parce que oui, tu y passeras la majorité de tes soirées et tu y auras ben du fun !

photo: http://www.barriello.com/

1er et seul conseil : ne commande pas TOUT ce qui est sur le menu, le premier soir.

Je sais, je te connais, comme nous, tu vas « partir en peur » et vouloir goûter à tout tout tout.

Rappelle-toi ceci: quand tu as fait une taverna, tu les as toutes faites!

Donc le 1er soir, si tu y vas de : « On va prendre le tzatziki, les olives, la salade grecque, les souvlakis, la pieuvre grillée, la moussaka, la soupe de poisson et l’agneau. »
Ça se peut que ton souper de demain et d’après demain goûte comme celui d’hier et de ce soir.

Dakos: écrasé de tomates avec fromage, servi sur pain sec et croquant . MIAM.

2e et (vraiment) dernier conseil : Tu regardes la carte et tu te dis : le vin maison en carafe est à 6 euros le demi litre, ça doit goûter le vin maison fait dans le sous-sol chez mononcle Armand. Tu sais quoi ? GO pour le vin maison ! Le blanc, du moins. Demande à goûter avant, ils vont te trouver cute et te sourire comme s’ils venaient de voir une vidéo de bébé chèvre qui embrasse un bébé babouin (lire : hooonnn le touriste qui a peur de se faire avoir avec un vin cheap à 6 euro le demi). Mais c’est pas grave, laisse-les sourire et goûte. La seule fois qu’on n’a pas osé le faire, on s’est retrouvé avec un rouge qui aurait mieux fait de s’appeler « porto ».

Sinon, aucune mauvaise surprise. Heille. Un litre de vin très potable à 12 euros. Vas-tu t’en plaindre ? Nous non plus !

Isiyian! Santé! Cheers!

2 comments

  1. Allô, j’ai trouvé très drôle l’article sur les tavernes
    Lâche pas la patate
    xXXh

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close