Close

On est où ?

vivre MONTRÉAL, explorer le QUÉBEC, découvrir le MONDE

La Grèce en août – une mauvaise idée?

La Grèce en août – une mauvaise idée?

Par Mel LeblancÀ nous le meilleur yogourt au monde !

Les slouvakis !

Le feta de brebis !  Qu’on s’est écriés quand on a décidé de partir en Grèce.

Quand nos papilles gustatives ont eu terminé de faire leur powertrip, on a essayé de mettre ça en branle.

PAR.OÙ.COMMENCER?

Avoir le choix entre un milliard d’îles grecques…. ou, du moins, plus de 200.

Première surprise, plusieurs personnes dans notre entourage sont déjà allées… Cool, on va être super bien conseillés alors !

Au fil des conversations, tu te rends compte qu’il y a autant d’itinéraires grecs qu’il y a de voyageurs pour te raconter leur périple !

Le hic est que nos dates de vacances concordent avec les mêmes dates de vacances de milliers de touristes. S’ils ont tous connu la Grèce différemment, ici, nos amis ont été unanimes, avec leur ton de semi-dégoût, semi-horreur: QUOI? TU VISITES LA GRÈCE DURANT LES GRANDES VACANCES?

TU SAIS QUE TOUTE LA GRÈCE EST EN VACANCES?

Oui

TU SAIS QUE TOUTE L’EUROPE EST EN VACANCES?

Oui

Calmos les pepitos, j’ai pas dit que j’aimais manger des bébés chiens pour souper, j’ai dit que je partais en Grèce en août. Inspiration. Expiration. Sourions. Ça va ben aller.

Et c’est là que le “fun” commence: “va pas à Santorini, tu vas vouloir mourir”, “évite Athènes, il va faire 45 degrés, ça va être l’enfer”, “ne fais pas la Crète si tu veux faire plusieurs îles”

Autant de conseils que nous n’avons pas écoutés !! #teamtêtesdecochons

Évidemment que si nous avions eu le choix, nous aurions choisi des dates de vacances qui ne concordent pas avec celles de la moitié de la planète. Mais on fait quoi une fois la réalité assimilée? On reste dans notre salon, à la clim, à regarder la vie par la fenêtre pour être sûrs de ne pas avoir chaud, de ne pas faire de files d’attente ou PIRE (!) de peur de croiser d’autres Québécois en voyage !?
(Faudrait d’ailleurs qu’on m’explique pourquoi on a si peur de reconnaître notre accent distinctif, quand on sort de nos frontières…)

On a donc sauté dans nos sacs à dos et dans nos guides de voyages et POW, on a booké: La Crète+Santorini+Milos+Athènes. Ah oui, léger détail, Antoine était chez ses grands-parents, en Sarthe, où j’allais le rejoindre pour 4 jours, avant de partir pour Héraklion, capitale de la Crète.

Suis-je du genre à avoir peur des petits détours de 10 000 km… NAH!

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close